eCampusOntario a rassemblé des ressources pour soutenir l’enseignement et l’apprentissage à l’avenir. Visitez la page

logo d'eCampusOntario
23.04.2021 - 6 min. Lire

L’Ontario investit dans la création et l’élargissement de programmes de formation rapide

Davantage de microcertifications pour préparer les gens aux emplois en demande
23 avril 2021
Originalement publié sur Ontario.ca

TORONTO – Le gouvernement de l’Ontario alloue 15 millions de dollars pour accélérer la mise au point de programmes de formation rapide et aider ainsi les apprenants à compléter leurs compétences et à se recycler pour s’épanouir dans leur carrière actuelle ou trouver un nouvel emploi. En partenariat avec l’industrie, les employeurs et d’autres organisations, la province invite les établissements d’enseignement postsecondaire à concevoir de nouvelles microcertifications qui prépareront les Ontariennes et les Ontariens aux emplois en demande d’aujourd’hui et de demain.

« Nous ne vivons plus dans un monde où les gens exercent la même profession pendant 40 ans et partent ensuite en retraite avec un beau cadeau », indique Ross Romano, le ministre des Collèges et Universités. « Nous le savons, les travailleurs ontariens changeront de carrière et de profession plusieurs fois au cours de leur vie, c’est pourquoi nous proposons davantage d’options de formation qui prépareront rapidement les gens à de bons emplois. »

Les établissements postsecondaires auront huit semaines pour présenter des propositions demandes de financement dans le cadre du Fonds ontarien d’aide pour la microcertification. Les candidats retenus seront informés d’ici l’été 2021 et chaque établissement aura, avec ses partenaires, jusqu’à décembre 2021 pour amorcer le processus d’inscription.

« Les universités et les collèges tissent une toile essentielle à la résilience de l’économie ontarienne en formant des diplômés recherchés et des travailleurs parés pour l’avenir, et en proposant des possibilités de formation pertinentes qui bénéficieront à leurs collectivités locales et régionales », explique le ministre Romano. « Aujourd’hui, nous honorons notre engagement de créer pour les Ontariennes et Ontariens des occasions de formation plus pertinentes du point de vue de l’industrie. »

Des mesures incitatives supplémentaires seront proposées aux établissements postsecondaires qui présenteront les meilleures propositions dans leur région. Les établissements qui feront la preuve de leur réussite dans le renforcement de partenariats communautaires, le pilotage de la reprise économique et la stimulation de la croissance de l’emploi seront admissibles à un versement pouvant atteindre un million de dollars.

Cette annonce s’inscrit dans la stratégie de microcertification du gouvernement, dotée d’un budget de 59,5 millions de dollars sur trois ans, et vient compléter l’annonce récente de l’élargissement de l’aide financière accordée dans le cadre du Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO) aux personnes inscrites à une des centaines de microcertifications admissibles.

Les établissements postsecondaires de l’Ontario, en collaboration avec l’industrie et les employeurs locaux, peuvent soumettre une proposition de financement pour élaborer de nouvelles microcertifications ou élargir celles qui existent déjà.


Faits en bref

  • Les microcertifications sont des programmes de formation rapide qui aident les gens à se recycler et à compléter leurs compétences pour décrocher un nouvel emploi. Parallèlement aux grades, aux diplômes et aux certificats, les microcertifications représentent une nouvelle option postsecondaire pour les apprenantes et les apprenants. Proposés par les universités, les établissements autochtones et les collèges publics et privés, les programmes de microcertification, de courte durée et pouvant être offerts en ligne, peuvent être conçus en fonction des besoins précis d’employeurs et d’emplois.
  • Au mois de mars, le gouvernement de l’Ontario a élargi le Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO) à plus de 600 programmes de microcertification, devenant ainsi la première province canadienne à aider financièrement les personnes inscrites à des programmes de microcertification.
  • Le Budget de 2021, Protéger la santé de la population et notre économie, prévoit un supplément de deux millions de dollars pour l’élaboration d’un passeport-compétences virtuel indiquant les titres de compétences des apprenants et permettant à ces derniers de transmettre leurs titres de compétences par voie numérique à d’éventuels employeurs.
  • Le Fonds ontarien d’aide pour la microcertification soutiendra la création de microcertifications se rapportant à un vaste éventail de métiers sans apprentissage. La formation dans les métiers spécialisés est étayée par un cadre solide de programmes et de soutiens inclus dans le système de formation par l’apprentissage de la province.
  • Le financement de microcertifications supplémentaires relève de l’Entente Canada Ontario sur le développement de la main‐d’œuvre.

Citations

« La relance économique passe par un retour rapide au travail d’un grand nombre d’Ontariennes et d’Ontariens. Notre conseil sur le développement de la main-d’œuvre (le Workforce Development Council) préconise le recours aux programmes de microcertification comme une solution aux besoins locaux et sectoriels. Le recyclage et le perfectionnement des compétences de la main-d’œuvre seront des préalables à la croissance après la pandémie, parallèlement à la demande émergente de nouvelles compétences et à l’aggravation de certaines lacunes qui existaient déjà avant la pandémie au niveau des compétences. La formation de la main-d’œuvre est particulièrement importante pour les petites et moyennes entreprises, qui manquent souvent des ressources nécessaires à la mise en place de programmes de formation internes et qui ont été gravement touchées par la crise. »

– Rocco Rossi
président-directeur général, Chambre de commerce de l’Ontario

« Les microcertifications sont de nouvelles voies d’apprentissage. Elles offrent des possibilités rapides, abordables et centrées sur l’industrie à toutes les personnes souhaitant élargir leurs compétences. Elles aident les employeurs à recruter, à recycler et à conserver du personnel de valeur. J’ai le plaisir de me joindre aujourd’hui au ministre Romano et à mes collègues pour saluer cet investissement important. Les microcertifications sont un volet essentiel des efforts postérieurs à la pandémie pour soutenir les travailleurs licenciés et leur permettre de se recycler et pour répondre aux besoins de l’industrie ontarienne, qui évoluent très rapidement. La mise en place d’un écosystème commun de microcertifications dans tout l’Ontario est primordiale dans le cadre de nos efforts plus vastes, à plus long terme, afin de nous préparer à la reprise économique. »

– Robert Luke
président-directeur général, eCampusOntario

« L’annonce faite aujourd’hui est une excellente nouvelle pour l’écosystème de compétences, de formation et de talents de l’Ontario. Elle donne aux établissements postsecondaires les moyens nécessaires pour mener l’élaboration de microcertifications en partenariat avec les employeurs. La Table ronde des affaires + de l’enseignement supérieur est convaincue que la collaboration est propice à la création de possibilités et cherche à travailler avec ses membres et d’autres parties intéressées de toute la province pour faire en sorte que cette initiative ait les plus grandes répercussions possibles sur les étudiants et travailleurs qui en ont le plus besoin. »

– Valerie Walker
présidente-directrice générale, Table ronde des affaires + de l’enseignement supérieur (TRAES)