eCampusOntario a rassemblé des ressources pour soutenir l’enseignement et l’apprentissage à l’avenir. Visitez la page

Photo rapprochée d’un livre ouvert avec des pages jaunies
03.07.2019 - 4 min. Lire

Qui peut se faire entendre? Une réflexion sur l’histoire et l’éducation ouverte

Par Krista McCracken

Superviseuse des archives à l’Université Algoma et associé de l’éducation ouverte d’eCampusOntario

Lors de l’assemblée annuelle de la Société historique du Canada en Colombie-Britannique en juin dernier, j’ai pu mettre mon chapeau d’associé de l’éducation ouverte et animer deux séances sur les recoupements entre l’histoire canadienne et les REL. La table ronde Les ressources éducatives en libre accès et les conservations historiques dans les salles de classe et l’atelier Créer des ressources éducatives en libre accès pour cultiver les conversations à travers le temps, l’espace et les cultures ont permis de rassembler des historiens et des champions de l’éducation ouverte de partout au Canada. 

Ces deux séances ont permis de mieux comprendre l’évolution de l’utilisation des REL dans l’histoire canadienne et d’entendre des gens qui ont participé à la création des manuels libres sur l’histoire canadienne nous parler de leur expérience. L’auteur et historien, John Belshaw, ainsi qu’Amanda Coolidge, directrice à BCcampus, nous ont parlé de leur expérience quant à la création de manuels libres sur la période avant et après la confédération dans l’histoire canadienne (en anglais seulement). Les enseignants Peggy French, Sean Kheraj et Thomas Peace nous ont parlé de leur succès dans la création d’un livre libre sur les sources primaires et secondaires (en anglais seulement) qui peut être utilisé dans les cours magistraux de premier cycle sur l’histoire canadienne.

En rassemblant tous ces champions de la pédagogie ouverte en un seul endroit, on a pu faire ressortir les avantages pour la réussite des étudiants et les possibilités de collaboration dans la création et l’adoption des REL. M. Belshaw, M. Peace, et M. Kheraj ont surtout parlé des avantages de l’intervention d’experts en contenu et de la collaboration avec d’autres intervenants. Aucun historien n’est un expert de tous les aspects de l’histoire du Canada et la collaboration avec un éventail de chercheurs peut améliorer les REL et faciliter leur conception.

La réussite des étudiantes et des étudiants peut prendre de nombreuses formes, mais l’un des principaux avantages des REL est qu’elles peuvent les faire participer activement aux lectures et au contenu du cours. Dans leur salle de classe, MM. Peace et Kheraj utilisent l’outil d’annotation Hypothesis avec les REL. Au cours de la table ronde, ils ont parlé de l’efficacité de cette approche et ont souligné les vives discussions qui ont eu lieu lorsque les étudiantes et les étudiants ont participé au contenu ouvert du cours.

L’atelier organisé dans l’après-midi a permis aux participantes et participants de se mettre au travail et de mettre en commun leur expertise pour élaborer conjointement un chapitre de la REL Open History Seminar, un livre de source originale. Cet exercice de rédaction d’une ressource a mis en évidence l’importance de l’attribution de licences claires, des plateformes permettant aux historiens d’accéder à du matériel libre et de la façon dont les récits que nous présentons dépendent du matériel accessible.

Par exemple, le matériel sur lequel nous avons travaillé portait sur l’histoire homosexuelle au Canada, un sujet qui a toujours été sous-représenté dans les journaux, les archives et les espaces culturels. Il a été difficile de trouver des photographies et des sources primaires qui traitaient de la vie homosexuelle et nous avons finalement choisi une mesure législative, parce qu’elle était publique. La facilité d’accès au matériel a une incidence directe sur l’information que les étudiantes et les étudiants et les chercheurs utilisent et, en fin de compte, sur la façon dont l’histoire est racontée.

Comme l’éducation ouverte me tient profondément à cœur et que je souhaite rendre l’histoire canadienne accessible à un plus grand nombre de personnes, je suis très heureuse de voir que ces sujets sont abordés dans un forum national. J’espère que ces discussions sur l’éducation ouverte et l’histoire du Canada se poursuivront, inspireront le changement et inciteront d’autres personnes à devenir des champions des REL.

Krista est l’une des associés de l’éducation ouverte d’eCampusOntario. Pour en savoir plus sur le programme des associés de l’éducation ouverte, cliquez ici : https://www.ecampusontario.ca/fr/oe-fellows/

Bannière photo de Ruslan Alekso sur Pexels