Le programme de maîtrise en sécurité publique en ligne attire 200 étudiants dans les deux premières années

Un casque de sécurité jaune et une veste de pompier sont placés à côté d'un pompier assis par terre.
Photo par Pixabay
05.09.2019 - 6 min. Lire

En 2016, grâce au soutien d’eCampusOntario, le corps professoral et le personnel de l’Université Wilfrid Laurier ont mis sur pied une maîtrise en sécurité publique (MPS) destinée à s’adapter au domaine changeant de la sécurité publique en Ontario et au Canada. Offert entièrement en ligne, ce programme, le premier du genre, est conçu spécialement pour les travailleurs – policiers, militaires, pompiers et agents des services frontaliers – qui souhaitent acquérir des compétences dans le domaine de la sécurité publique.

Scott Blandford, professeur et coordonnateur de programme à la Faculté des sciences humaines et sociales Wilfrid Laurier et Anna Barichello, directrice de la conception pédagogique du campus, ont contribué à donner vie au MPS.

Des connaissances ciblées

Le programme a trois objectifs principaux à savoir : l’amélioration de la prestation des services de sécurité publique, l’utilisation plus efficace des ressources publiques grâce à une formation avancée des professionnels de la gestion et le soutien pédagogique pour aider les étudiants à acquérir les compétences nécessaires pour répondre aux nouvelles exigences de la pratique en sécurité publique.

Scott explique comment l’accent mis sur la sécurité publique rend ce programme plus adapté aux besoins de nombreux professionnels en exercice que d’autres programmes comparables.

Scott: « En criminologie, on voit les choses sous un angle très large. Même si on se penche sur plusieurs aspects sociaux de la criminalité, on n’examine pas les questions opérationnelles ni la façon de gérer une organisation dotée d’un budget de 19 millions de dollars. On n’apprend pas non plus comment recruter ou embaucher, et on n’aborde pas les problèmes actuels auxquels font face les praticiens sur le terrain. La criminologie est une discipline hautement théorique ; elle vole à environ 30 000 pieds et donne une vue d’ensemble de la théorie sociale qui explique pourquoi les choses se passent… Notre programme est conçu pour les praticiens confrontés à ces défis et nécessitant des « outils de poche » ». 

Des outils pour les besoins d’aujourd’hui

Le programme comporte six composantes de base, ainsi que des cours à option axés sur des domaines précis de l’industrie de la sécurité publique. On y couvre des sujets comme la sécurité nationale, la gestion des urgences et l’avenir du maintien de l’ordre tout en mettant l’accent sur des sujets émergents et axés sur la technologie comme la science des données.

Scott: « Comment rationaliser une organisation ? On le fait avec des données. Les données sont le moteur de tout – elles peuvent aider à mettre en place des patrouilles ou à identifier les domaines sur lesquels il faut se concentrer pour certains types de crimes… Donc la capacité à analyser et interpréter les données, puis à les rendre opérationnelles est essentielle et fait partie de tous nos cours ».

Pour rendre chaque cours facile à assimiler, les concepteurs du programme incluent des vidéos, des graphiques et des « piliers » visualisés pour catégoriser le contenu et les domaines spécifiques auxquels le contenu se rapporte.

Anna : « Le contenu de ce programme doit être très organisé et succinct pour la diffusion sur le Web. On ne veut pas que l’étudiant déploie des efforts mentaux pour apprendre à naviguer dans le cours ou pour déterminer ce que l’instructeur veut lui enseigner. Nous rendons toutes les instructions explicites afin que les étudiants apprennent ce qu’ils sont censés apprendre, et non pas qu’ils deviennent des experts en navigation de cours en ligne. »

Offre de cours en ligne + polycopiés numériques = apprenants engagés et responsabilisés

L’offre en ligne du programme est pratique pour un groupe démographique ayant des heures de travail variables et des quarts irréguliers, incompatibles avec l’offre traditionnelle de cours en journée et en face à face. L’équipe qui a mis le programme sur pied a choisi de tout mettre en ligne, ce qui permet aux praticiens de la sécurité publique de ne pas quitter leur lieu de travail et leur domicile. Les apprenants interagissent avec les éducateurs et les autres étudiants par le biais de forums de discussion et de salons de clavardage. Il y a même une fontaine d’eau virtuelle où les apprenants peuvent discuter en eux, s’ils le veulent, du contenu du cours ou de l’actualité.

Scott : « Ce [moment à la fontaine d’eau] me plaît vraiment, car cela montre que les étudiants sont vraiment engagés. Il ne s’agit pas simplement d’une chasse aux diplômes. Ils sont très engagés dans la matière, et pour un programme en ligne, c’est très difficile à réaliser. »

« Les conversations en ligne fournissent des informations que nous n’aurions probablement pas pu inclure dans le programme. Le Canada est un grand pays, mais la sécurité publique est un univers relativement petit. La création de réseaux entre praticiens partageant les mêmes idées permet un vrai enrichissement, car elle accroît la communication et le partage des idées sur les stratégies et les processus. »

Satisfaire un besoin croissant

Lorsque le premier cours du programme a été lancé en janvier 2018, 14 étudiants étaient inscrits, soit près du double de ce que Blandford et Barichello avaient prévu. Au lancement du deuxième cours, ce nombre est passé à 24. Au moment où le quatrième cours a été offert, le nombre d’étudiants inscrits atteignait presque 50. En septembre 2019, environ 200 étudiants seront inscrits.

L’Université Wilfried Laurier signale également une diversité croissante de personnes inscrites. On y trouve notamment des étudiants qui travaillent dans l’armée, dans la gestion des urgences et dans les services de police et les services d’incendie.  

Scott : « Cette [diversité dans les inscriptions] me donne à penser que la réputation de notre programme, accompagnée d’un bon marketing, commence à être reconnue dans les autres disciplines. Le fait que des pompiers commencent à se présenter à nos cours prouve bien que nous commençons à décloisonner le programme ».

Bios :

Dr. Scott Blandford, IACP, IPSA, 
Professeur adjoint
Coordonnateur de programme, Baccalauréat ès arts en maintien de l’ordre
Coordonnateur des études supérieures, maîtrise en sécurité publique
Faculté des sciences humaines et sociales, Université Wilfrid Laurier

Anna Barichello, BA, BEd, Med
Gestionnaire, Conception pédagogique
Enseignement et apprentissage, Université Wilfrid Laurier

Ce projet n’est qu’un exemple parmi d’autres de l’engagement d’eCampusOntario à profiter de l’apprentissage par la technologie, qui permet d’offrir davantage de possibilités dans la formation des travailleurs.

Vous avez un projet financé par eCampusOntario que vous aimeriez présenter ? Communiquez avec Lana à lhall@ecampusontario.ca