Former les Ontariens aux occasions d’apprentissage en ligne

Woman working with laptop

Le Durham College et La Cité collégiale aident les éducateurs à développer leurs compétences grâce à des cours offerts en ligne pour se préparer à  de nouvelles carrières et de nouveaux emplois passionnants.

Groupe d’étudiants en pleine discussion

Photo 1 : Groupe d’étudiants en pleine discussion

Nouvelles compétences et nouveaux débouchés pour les éducateurs

Michelle Mouton, Durham College – En Ontario, nous comptons un grand nombre de diplômés en éducation dont beaucoup occupent des postes d’enseignant ou de formateur à temps partiel.

Tous ces gens-là savent donc déjà comment enseigner, mais ils ne savent pas nécessairement comment appliquer leurs compétences à l’enseignement et à l’apprentissage en ligne. Le problème tient à ce que l’enseignement en ligne exige un ensemble de compétences supplémentaires.

« Nous devons former les éducateurs pour qu’ils puissent embrasser cette carrière passionnante. »

—Michelle Mouton

Notre objectif est d’offrir des formations qui préparent véritablement les gens aux emplois qu’ils visent. Nos étudiants veulent acquérir des connaissances qu’ils pourront directement appliquer en milieu de travail, et ils veulent pouvoir maintenir leurs compétences à jour. Nous nous sommes donc dit qu’il fallait bâtir un programme passerelle afin, justement, de les aider à évoluer dans de nouveaux espaces et à se prévaloir de nouveaux débouchés d’emploi, tout cela grâce à un programme concis débouchant sur un certificat.

L’enseignement en ligne en tant que nouveau débouché

En un sens, cette technique n’a rien de révolutionnaire, puisque l’enseignement et donc l’apprentissage en ligne existent depuis un certain temps déjà. Cependant, les collèges sont à l’avant-garde des techniques d’enseignement. Ils se rendent compte que l’enseignement se fera de plus en plus en ligne et qu’il leur faut former les éducateurs pour cette nouvelle carrière passionnante.

« Notre objectif est d’offrir des formations qui préparent véritablement les gens aux emplois qu’ils visent. »

—Michelle Mouton

Tout apprenant, et les jeunes en particulier, doivent comprendre à quel point l’enseignement en ligne représente une occasion formidable. Les emplois y sont excellents et d’un avenir prometteur. De plus, ce n’est qu’un début.

Deux élèves travaillent ensemble sur un ordinateur portable

Photo 2 : Deux élèves travaillent ensemble sur un ordinateur portable

Aplanir les obstacles pour les apprenants

Olivier Chartrand, La Cité : Nous pensons toujours aux apprenants adultes, aux apprenants non traditionnels qui constituent une partie de notre clientèle. Pour ceux qui travaillent déjà dans un domaine donné, il est très important d’avoir accès à des contenus utiles, d’acquérir des compétences professionnelles transférables et d’apprendre par l’expérience. Ils sont en quête d’apprentissage pratiques et utiles.

Organisation des ressources libres

Brandon Carson, Durham College : Nous avons bâti des cours à partir de ressources éducatives libres. J’en ai tiré une grande fierté parce que, ce faisant, les étudiants n’allaient plus devoir débourser pour leurs manuels scolaires.

Bon nombre de ressources d’apprentissage ont été créées par des chefs de file de l’industrie à Mozilla. Je suis tombé sur des évaluations formatives et des défis de codage intégrés que j’ai pu copier-coller tels quels. Donc, pour ce qui est du contenu, il s’agissait davantage d’organiser que de créer, ce qui était merveilleux.

Enseignement en laboratoire par ordinateur interposé

Photo 3 : Enseignement en laboratoire par ordinateur interposé

Collaboration entre collèges

Michelle : Avec les projets d’eCampus il a essentiellement été question d’établir des liens entre les gens, ce qui nous a permis de faire la connaissance de collègues d’autres institutions, d’échanger des idées et d’apprendre. C’est devenu notre feuille de route en matière de relations.

« La mise en commun est donc un outil très puissant, tant pour ce qui est de la productivité que de l’amélioration de la qualité de la formation en général. »

— Pascale Bellier

Pascale Bellier : Il existe un véritable potentiel de collaboration entre les collèges. Quand on travaille en vase clos, on peut se rendre compte qu’on fait exactement la même chose que d’autres et se dire qu’il est ridicule de réinventer la roue. La mise en commun est donc un outil très puissant, tant pour ce qui est de la productivité que de l’amélioration de la qualité de la formation en général.

Nous avons beaucoup appris durant notre processus d’adaptation à une approche modulaire et fondée sur les compétences. Nous pouvons donc maintenant partager ces acquis avec d’autres collèges et d’autres collègues.

Olivier : L’une des premières choses dont j’ai entendu parler et que j’ai découverte comme nouvel employé à La Cité a été eCampus Ontario. Un organisme génial. C’est une excellente initiative qui permet de brasser les idées et de mobiliser le talent de beaucoup de gens. Compte tenu de mes responsabilités professionnelles, j’ai trouvé très utile de comprendre la stratégie eCampus.

Élèves travaillant à l’ordinateur lors d’un laboratoire

Image 4 : Élèves travaillant à l’ordinateur lors d’un laboratoire

Bios

  • Brandon Carson, spécialiste des technologies d’apprentissage, Durham College
  • Michelle Mouton, directrice de la qualité et du développement des programmes, Durham College
  • Tanya Wakelin, gestionnaire de l’apprentissage en ligne, Durham College
  • Pascale Bellier, coordonnatrice du développement de l’apprentissage, La Cité collégiale
  • Olivier Chartrand, gestionnaire du développement de l’apprentissage en ligne, La Cité collégiale