COVID-19 : eCampusOntario a regroupé des ressources pour soutenir la transition aux cours à distance. Visitez la page

livre assis sur un bureau en bois
02.01.2018 - 6 min. Lire

Enseignement libre : redéfinir « Ouvrez votre livre »

Aperçu

Le besoin : Augmenter la variété de textes abordables et attrayants pour les étudiants canadiens post-secondaires.

La solution : Le système de manuels scolaires en libre accès.

L’avantage : La réduction importante des coûts des manuels scolaires et des possibilités accrues pour les professeurs de réviser et de refondre des documents en adaptant et en modifiant les documents libres afin de les localiser pour une situation donnée.

Contexte

L’augmentation galopante des coûts des manuels universitaires et collégiaux a longtemps été un problème pour les étudiants canadiens devant payer leurs études post-secondaires. Un étudiant de premier cycle à l’université peut s’attendre à débourser en moyenne 16 000 $ par année pour payer les frais, les frais de subsistance et bien sûr, les manuels.

Les établissements post-secondaires, les professeurs et les éditeurs de manuels scolaires au Canada s’efforcent continuellement à diminuer les coûts de ces derniers pour réduire le fardeau financier des étudiants chaque début de nouveau semestre. Augmenter l’offre de livres usagés dans les librairies des campus et celle de documents numériques sont des exemples de mesures prises pour diminuer le montant de base qu’un étudiant débourse à la caisse.

Les établissements d’enseignement supérieur et les universités en Colombie-Britannique, avec le soutien de BCcampus, et une université particulière en Ontario, vont encore plus loin pour rendre les manuels scolaires abordables en redéfinissant le concept d’« ouvrir un livre » dans leurs salles de cours. Un manuel libre numérique est accessible gratuitement grâce à une licence en libre accès, comme Creative Commons. Il peut donc être utilisé en ligne gratuitement par les étudiants et les professeurs. Le modèle du manuel libre numérique n’offre pas uniquement une diminution des coûts des ressources nécessaires à l’enseignement post-secondaire, mais il permet également aux professeurs d’adapter de façon créative les documents qu’ils choisissent afin qu’ils soient adaptés à leurs situations et publics particuliers. Cela leur permet également d’atteindre les objectifs d’apprentissage désirés du cours.

En pratique 

Bien que le concept de manuels numériques libres ait proliféré dans tout le système d’éducation post-secondaire en Colombie-Britannique depuis quelques années, un professeur est un fervent défenseur de l’adoption des manuels libres ici en Ontario. Le professeur Nick Baker, directeur du Bureau de l’apprentissage libre à l’Université de Windsor et membre du comité de direction du Ontario Universities’ Council on eLearning (OUCeL; Conseil sur l’apprentissage en ligne des universités en Ontario), défend depuis de nombreuses années le besoin d’une meilleure accessibilité au système d’éducation, souvent par l’intégration de nouvelles technologies d’apprentissage et d’apprentissage en ligne qui permettent d’élargir les différentes possibilités en matière d’éducation.

Comme le dit si bien le professeur Baker, défenseur de l’extension de la salle de classe en dehors des frontières traditionnelles, il est important de « faire son chemin » en adoptant un manuel libre qui améliore l’accessibilité et ouvre les barrières, ce qu’il fait dans son cours en ligne « Science, technologie et société. »

Précédemment, un manuel au prix de 150 $ était nécessaire pour le cours, mais lorsque le professeur Baker en a pris la charge, il a cherché une solution en accès libre et a trouvé Sustainability : A Comprehensive Foundation. Avec 180 étudiants qui suivent le cours, il a permis aux étudiants d’économiser 27 000 $ grâce au choix d’un manuel libre.

« Le document que j’ai choisi possède une vision très axée sur la durabilité alors que le cours en lui-même est plus large, » mentionne le professeur Baker.

« L’une des bonnes choses que je peux faire avec les ressources en accès libre, c’est d’y ajouter des chapitres d’autres livres en accès libre, et d’autres REL, pour offrir un ensemble de ressource plus holistique qui correspond mieux à l’objectif du cours. En effet, grâce aux pédagogies libres, en tant que professeur, je peux réellement exprimer ma liberté universitaire et tailler les ressources d’apprentissage sur mesure pour les besoins de mes étudiants, ce qui est gagnant-gagnant pour tous, » ajoute le professeur.

Faire des ressources éducatives libres la base du cours permet aux professeurs comme M. Baker d’incorporer en continu des ressources supplémentaires dans le contenu du cours. Cela permet d’améliorer la portée et la précision locales des ressources d’apprentissage ou de les compléter avec des renseignements plus pertinents pour les objectifs d’apprentissage du cours.

Finalement, les manuels libres contribuent à rendre le système d’éducation post-secondaire plus accessible et pertinent pour les étudiants d’aujourd’hui. Le concept de « liberté » n’indique pas seulement un changement important pour les coûts associés à la réussite d’un diplôme universitaire, mais aussi de meilleures flexibilité et personnalisation du contenu des cours que peuvent offrir les professeurs et les formateurs à leurs étudiants.

Le cours retravaillé du professeur Baker a été donné pour la première fois à l’été 2017. Il prévoit de personnaliser davantage le document pour en augmenter sa pertinence pour ses étudiants et d’y ajouter des exemples afin de le rendre plus adapté au contexte canadien.

« En fin de compte, nous devons concentrer nos efforts pour créer le meilleur environnement d’apprentissage et les meilleurs résultats scolaires possible pour nos étudiants. L’adoption de documents en libre accès et d’autres ressources éducatives libres est l’une des façons de nous assurer que nous garder les étudiants au centre de nos préoccupations, » affirme M. Baker.

Le professeur Baker prévoit également de partager son expérience et celle de ses étudiants concernant le choix d’un document libre avec ses collègues. Il espère qu’ils verront les avantages de l’utilisation de ressources éducatives libres quand cela est possible.

L’Université de Windsor a récemment commencé à percevoir une certaine adhésion aux pédagogies libres, six cours ayant adopté des documents libres ou remplacé les documents par des REL au cours de l’année 2017-2018; certains enseignants ayant même rédigé leurs propres documents libres pour les diffuser.

Suivez Nick Baker sur Twitter à @nbaker.